4 raisons pour lesquelles un attaché de presse doit être présent lors des interviews clients/journalistes

Publié: 22/11/2011 dans Relations presse

Une interview n’est pas un exercice facile que le porte-parole s’y adonne de longue date ou soit débutant. Pour un attaché de presse il est essentiel d’accompagner ses clients lors des différentes interviews que celles-ci se déroulent en face à face ou par téléphone. Cela se justifie pour plusieurs raisons et comme je ne puis pas toutes les détailler et j’ai pris le parti de lister quatre raisons d’être présent :

– Assister à une interview permet souvent d’approfondir sa culture client, voire même parfois d’identifier de nouveaux points susceptibles d’être utilisés plus largement. Bref un excellent moyen pour un attaché de presse de mieux faire son travail par la suite en ayant des arguments en plus ou en étant en mesure de proposer de nouvelles actions.

Tous les porte-parole ne sont pas efficaces. Lors d’une interview et malgré une bonne préparation (le fameux briefing book) il arrive que vous découvriez que le porte-parole vers lequel on vous a orienté n’est absolument pas fait pour ce genre d’exercice. Cela peut même devenir critique si le journaliste qui mène l’interview rencontre des difficultés pour obtenir la moindre déclaration pertinente (discours confus et non-structuré, à côté de la plaque, ultra marketing, inexistant). Le savoir permet de proposer des solutions : media training, autre intervenant, interview par écrit, etc. et d’éviter les mauvaises surprises si un article est finalement publié.

– Il peut être difficile pour le porte-parole de se souvenir, à postériori d’un entretien, de l’ensemble des éléments complémentaires qu’il doit fournir au journaliste qu’il s’agisse d’informations valorisant ou justifiant ses déclarations (références d’études, chiffres et résultats relatif à un projet, etc.) ou simplement de visuels destinés à accompagner l’article (photos, schémas, etc.). L’attaché de presse sera en charge de prendre note de l’entretien et de consigner les déclarations de son client et de s’assurer que les éléments promis soient bien envoyés.

– Le journaliste s’écarte du cadre initial. Il n’est pas rare lors d’une interview qu’un journaliste en profite pour faire un point plus large avec le porte-parole et aborde des sujets non convenus et cela ne pose aucun problème car ça fait partie de l’exercice. Toutefois, tous les représentants d’une entreprise ne sont pas autorisés à aborder tous les sujets. L’attaché de presse a alors la tâche délicate d’intervenir sans froisser l’un ou l’autre des intervenants pour prévenir la publication d’informations non désirées ou erronées.

– Veiller à éviter les pièges ! Certains journalistes sont capables d’user de multiples stratagèmes pour obtenir une information. Ainsi ce journaliste qui après avoir bataillé en vain pour obtenir une information, a prétexté devoir s’absenter pour un coup de téléphone. Un fois seuls, le client s’empresse d’aborder le sujet en question avec son attaché de presse sans se souvenir de l’enregistreur resté en marche devant lui… Un attaché de presse est également un rempart pour éviter les embuches.

Il existe encore de nombreuses raisons pour lesquelles un attaché de presse se doit s’assister à un entretien mais je pense avoir abordé les primordiales. Bien sûr on peut s’en passer et se reposer sur un responsable marketing/communication, mais sera-t-il aussi franc dans ses commentaires, qu’un attaché de presse. Pas toujours sûr lorsqu’il existe une relation hiérarchique car il n’est pas toujours évident de critiquer son patron. Un tiers peut en complément de toute sa palette de services apporter un avis qui sera mieux perçu et parfois plus efficace que s’il venait de l’interne. Quel que soit le cas, il vaut de toute façon mieux être accompagné pour prévenir les problèmes ! Et n’oublions pas que parfois on ne pourra de toute façon pas faire autrement que d’aller au charbon et que les résultats ne seront pas toujours à la hauteur des attentes aussi bien du journaliste, que de la personne interviewée.

Enfin, pour conclure, il y’aura toujours les surprises du direct… 😉

Advertisements
commentaires
  1. Lza dit :

    Bien vu !!! D’expérience, je partage cette analyse. On ne m’a jamais fait le coup de l’enregistreur qui continue de tourner, mais après tout, je ne suis pas si étonnée.

  2. tamala75 dit :

    j’adoooore la vidéo! 🙂
    et sinon en raison pour être présent il y a aussi bien sur « mieux connaitre le/la journaliste » avec qui on aura provoqué cette rencontre, sa façon de poser les questions, son style, ce qui le fait accrocher sur un sujet. Ce qui permettra de compléter le brief pre-interview fait avec le client (le fameux backgrounder ou « profil journaliste »).

  3. Marion dit :

    Chez PPM, on bosse essentiellement pour des startups qui n’ont que très peu d’expérience de l’interview. En plus des points que tu as justement abordé, la dimension de soutien presque psychologique est également très importante chez nous! Nos clients apprécient d’avoir auprès d’eux un allié face à « cesvilainsjournalistesquivontnousmangertoutcru ».

    Merci pour tes articles, c’est un régal 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s